Vos symptômes

Vos symptômes 2016-12-07T14:48:20+00:00

De quel trouble du sommeil
souffrez-vous ?

Notez bien qu’il est tout à fait probable que vous souffriez de plusieurs troubles du sommeil, car bien souvent, plusieurs troubles du sommeil surviennent en même temps.

Que ressentez-vous ?

J’ai des difficultés à m’endormir et/ou je me réveille la nuit : ce sont des insomnies.
Difficultés à s’endormir; se réveiller la nuit ; anxiété au moment de s’endormir; avoir la sensation de ne pas dormir assez; manquer de sommeil; etc.

J’ai tout le temps envie de dormir : ce sont des hypersomnies.
Être somnolent; se réveiller aussi fatiguée qu’en se couchant; avoir du mal à se réveiller le matin; s’endormir tout le temps et n’importe quand; s’endormir en mangeant; devoir absolument faire des siestes; besoin de dormir irrépressible; être tout le temps fatigué; s’endormir au volant; être incapable de sortir du lit; etc.

Je respire mal la nuit, je ronfle, je suffoque : ce sont des troubles du sommeil en lien avec la respiration.
Ronfler fort; s’endormir devant la télé ou au volant; se réveiller avec le mal de tête; perdre de plus en plus en mémoire; se réveiller aussi fatigué qu’en se couchant; se réveiller souvent la nuit; se réveiller avec la sensation d’étouffer; etc.

Mon sommeil a un rythme tout dérangé : ce sont les troubles du rythme circadien.
S’endormir très tard; être incapable de s’endormir avant 2-3 h du matin; devoir absolument se coucher très tôt; être complètement décalé; souffrir d’un décalage horaire; ne pas être du matin; se coucher de plus en plus tard; dormir en plusieurs fois; etc.

Je fais des choses étranges durant mon sommeil : ce sont des parasomnies.
Faire du somnambulisme; manger ou boire durant la nuit; parler en dormant; faire des cauchemars; terreurs nocturnes, paralysies du sommeil; se réveiller confus; etc.

Mon corps bouge tout seul ou me dérange durant mon sommeil : ce sont des mouvements en relation avec le sommeil.
Syndrome des jambes sans repos; grincer des dents; avoir les jambes qui bougent toutes seules; avoir des démangeaisons ou des douleurs dans les jambes; avoir des impatiences dans le corps; avoir des crampes; bébé qui bouge la tête et se cogne etc.

Mon sommeil est perturbé à cause d’une maladie physique, mentale, neurologique ou à cause des médicaments.
Souffrir d’asthme; épilepsie; reflux-gastro-œsophagien; fibromyalgie; maladie rare; trouble envahissant du développement; anxiété; dépression; bipolarité; schizophrénie; etc.

Fatigue et somnolence sont deux choses bien différentes !

Dans la plupart des troubles du sommeil, on retrouve un symptôme quasiment inévitable : celui de se sentir fatigué et/ou parfois somnolent. Mais ce sont deux choses bien différentes. En pratique médicale, les causes, les conséquences, et surtout, la prise en charge de la somnolence et de la fatigue sont diamétralement opposées. Le rôle de la sieste par exemple, est très révélateur de cette opposition : on préconise très justement la pratique de la sieste en cas de somnolence, mais elle est plutôt déconseillée en cas de fatigue, et totalement contre-indiquée en cas d’insomnie.

La somnolence se définit comme « un état intermédiaire entre la veille et le sommeil caractérisé par une tendance irrésistible à l’assoupissement si la personne n’est pas stimulée ». En pratique, c’est ce que l’on ressent lorsqu’on a véritablement besoin de dormir.
Il devient alors de plus un plus difficile de rester éveillé et seul le sommeil permet de répondre efficacement à cette sensation en restaurant durablement la vigilance (qui est donc l’exact contraire de la somnolence).

La fatigue est une sensation d’affaiblissement physique ou moral qui survient à la suite d’un effort soutenu. Seul le repos permet de répondre efficacement à ce besoin en restaurant un bon niveau de forme et de performance (qui est donc le contraire de la fatigue).
La fatigue nerveuse, par exemple, se manifeste par une baisse de l’attention et de la concentration qui survient toutes les deux heures. C’est à l’origine du rythme des récréations à l’école, et de la distance entre deux aires de repos sur l’autoroute…).

Le soir, lorsqu’un enfant se dit « fatigué », on lui conseille d’aller dormir. Il s’agit bien, ici, de la même chose car le coucher va lui procurer la double satisfaction de se reposer et de dormir.
Dans d’autres circonstances pourtant, ce ne sera pas toujours le cas. De retour d’une longue promenade par exemple, l’enfant peut se dire très fatigué sans pour autant avoir sommeil (ce qu’il ne manquera pas de manifester si on lui propose d’aller dormir).

À consulter  : Sommeil et médecine générale – Fatigue VS Somnolence